cri des loups

 

2019-03-17 02.37.38 1.jpg

tu sors des bois en robe de sang. les branches nues des arbres griffent ton visage. tes joues sont un champ de ruines, striées de filaments crépusculaires. tes lèvres sont chaudes ; zébrures vives sur ta lèvre inférieure. le ciel gronde sa fureur, son sang s’échappe de ses veines pour tomber en lourds filets sur ta nudité. le vent soulève les lambeaux de ta robe défaite. il hurle même ta tristesse, qui éclate en milliards de particules dans le vide laissé par son absence. ton regard est éteint, vidé par l’amour transi qui le prenait autrefois entier. les feuilles mortes tombent sans fin sur tes épaules nues, dans une danse vaguement douce, presque délicate. et pourtant, tout est brusque en toi. le crépuscule vibre entre les murs de ton crâne, l’aube dégouline de sang rosé, meurtri d’un lendemain qui pourrait dire je t’aime. ta colère enflamme les feuilles qui brûlent, se déforment, tombent en morceaux. tu as envie de hurler ta douleur, qu’elle envahisse l’espace, qu’elle détruise toutes les formes inutiles du vide dans son accession au ciel. qu’elle te tue même, qu’elle fracasse ton cœur trop fragile. tes poumons crachent des larmes dans ta chair. la lune est noire, vive. le cri des loups résonne dans le lointain. tu cours.

juliette

“je n’existais plus que par vous, et pour vous.”

quote2

dévoré par un amour sans espoir, j’implore votre pitié et ne trouve que votre haine : sans autre bonheur que celui de vous voir, mes yeux vous cherchent malgré moi, et je tremble de rencontrer vos regards. dans l’état cruel où vous m’avez réduit, je passe les jours à déguiser mes peines et les nuits à m’y livrer ; tandis que vous, tranquille et paisible, vous ne connaissez ces tourments que pour les causer et vous en applaudir. cependant, c’est vous qui plaignez, et c’est moi qui m’excuse.

– les liaisons dangereuses ; laclos

pourquoi j’aime amélie nothomb

bébé

j’ai découvert amélie nothomb le jour de mes treize ans. le jour de mes quatorze ans, j’avais lu l’entièreté de sa bibliographie. amélie nothomb est depuis ce jour la personne que je préfère ici. ça a été un coup de foudre. beaucoup de gens me demandent pourquoi j’aime tant amélie nothomb. il n’y a pas de bonne raison d’aimer quelqu’un. mais je vais essayer d’expliquer pourquoi j’aime ses livres. pourquoi j’aime son écriture. car j’aime – j’aime tellement – amélie nothomb.  l’article va être un peu décousu, assez imparfait – mais les écrits d’amélie nothomb sont tellement complexes qu’il est impossible d’expliquer concrètement pourquoi je l’aime tant.

Lire la suite de « pourquoi j’aime amélie nothomb »