[Chronique] Love Letters to the Dead

love-letters-to-the-dead-L-mA0sk0

Auteur: Ava Dellaira

Éditeurs: Michel Lafon

Collection: /

Date de parution: 15 mai 2014

Pages: 316 pages

Prix: 16,95€

ISBN: 978-2-7499-2214-0

 

Résumé

Une simple rédaction demandée par un prof: écrire à un disparu. Laurel a choisi Kurt Cobain, parce que sa grande sœur May l’adorait. Et qu’il est mort jeune, comme May. Si elle ne rend jamais son devoir, très vite, le carnet de Laurel se remplit de lettres à Amy Winehouse, Heath Ledger… À ces confidents inattendus, elle raconte sa première année de lycée, sa famille décomposée, ses nouveaux amis, son premier amour. Mais avant d’écrire à la seule personne disparue qui lui tient vraiment à cœur, Laurel devra se confronter au secret qui la tourmente, et faire face à ce qui s’est vraiment passé la nuit où May est décédée.

Mon avis

Si vous n’avez pas encore lu ce livre, faites le. Sincèrement. C’est un vrai coup de cœur. C’est le genre de roman qui nous touche, nous choque, nous fait évoluer. Ce roman est une de mes plus grosses révélations de 2015, car je ne m’attendais pas à l’aimer à ce point.

Love Letters to the Dead est un roman très spécial. Déjà parce qu’il est épistolaire, mais aussi parce que les lettres qu’écrit l’héroïne sont destinées à des personnes morte et connues. Laurel se confie donc à Kurt Cobain, à Judy Garland et à bien d’autres encore et, à travers toutes ces lettres, à nous aussi bien sûr. Elle nous raconte son intégration dans son nouveau lycée, ses rapports avec ses nouvelles amies, son premier amour, et surtout le manque qu’elle ressent vis à vis de sa sœur, décédée moins d’un an plus tôt.  C’est d’ailleurs le sujet principal de ce livre; la mort de sa sœur et son désarroi par rapport à ce fait.

C’est assez compliqué de parler des rapports qu’avaient ces deux sœurs… Je dirais que Laurel était très admirative de May. Laurel est donc plus qu’accablée par le décès de sa sœur qu’elle admirait tant, et n’ose pas affronter la mort de celle-ci, se bloquant elle-même, comme si tout ce qui été arrivé était de sa faute. Pendant tout le roman, on se demande comment est morte May, et ce qui s’est passé ce soir là. Il y a donc un suspense qui s’installe dès le début du roman.

Pour ma part, je me demandais également pourquoi Laurel s’obstinait à rester malheureuse, pourquoi elle ne décidait pas d’avancer, au lieu de rester bloquée à vouloir tant ressembler à May. Comme si elle s’infligeait le fait de ne pas pouvoir  être heureuse, de se faire du mal volontairement. C’est assez compliqué de la comprendre, d’ailleurs. Je trouve que Laurel est un personnage idéal pour un livre comme celui-ci. Elle semble vraiment très fragile, et ça renforce le côté tragique du roman.

J’ai aussi adoré la romance, que je trouve très poétique, très bien dosée et très jolie. Ce n’est pas une romance très spéciale, mais elle n’est pas non plus vue et revue. Il y avait un petit quelque chose en plus qui la rendait différente. Les rapports de Laurel avec ses amis sont assez compliqués, et ça se ressent. Elle réapprend à vivre petit à petit, et ce côté est très beau et très touchant.

Ce livre se démarque clairement des autres, de part son genre littéraire, déjà! C’est la première fois que je lis un roman épistolaire constitué de lettres destinées à des personnalités décédées. Mais il se démarque aussi par ses citations, que j’ai trouvé vraiment très bien écrites et qui rendent ce livre très poétique, avec une écriture très fluide. Cependant, ne vous attendez pas à beaucoup d’action. Ce n’est pas un roman très bien rythmé et ponctué de suspense; il y a un mystère durant tout le roman, et c’est tout. L’auteure s’attarde plus sur la psychologie de ses personnages.

En bref

Je vous recommande vivement ce petit chef d’œuvre. Je ne me suis jamais lassée de la plume d’Ava Dellaira qui est stupéfiante, et j’ai énormément compatis pour Laurel et son histoire qui m’ont beaucoup touchée. Un bon coup de cœur.

UN ROMAN TOUCHANT ET PARTICULIER

♪Chanson pendant ma lecture: The man who sold the world – Nirvana

« Nirvana signifie libération. Libération de la souffrance. Je pense que certains voient la mort ainsi. Donc bravo de vous être libérés je suppose. Quand à nous, nous sommes encore là, à essayer de recoller les morceaux. »

Ma note

♥ ♥ ♥ ♥ ♥

Publicités

13 commentaires sur « [Chronique] Love Letters to the Dead »

      1. Bien sur ! Je metterais ma chronique sur le blog donc si un jour tu vois apparaitre son titre dans sommaire tu auras mon avis ahaha 😘

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s