chronique – gardiens des cités perdues ; shannon messenger

gdcplbj

auteur: shannon messenger
éditeur: pkj
collection: /
pages: quatre cent quatre-vingt neuf

résumé

sophie sait qu’elle n’est pas comme tout le monde : depuis toujours, elle entend les pensées des gens autour d’elle. un matin, un étrange garçon l’aborde et lui apprend qu’elle n’est pas humaine. elle doit rejoindre l’univers qu’elle a quitté douze ans plus tôt.
de retour parmi les siens, une question l’obsède : pourquoi l’a-t-on cachée si longtemps dans le monde des humains ?

mon avis

les plus grands critiques criaient avoir trouvé en gardiens des cités perdues « le nouvel harry potter », et en shannon messenger la « descendante de jk rowling ». quant à moi, je me targue d’avoir trouvé l’univers dans lequel je me sens moi-même. c’est peut-être en cela que gardiens des cités perdues ressemble à l’incontournable harry potter ; leurs univers deviennent des refuges et leurs personnages vivent en nous pour toujours.

sophie est une petite fille qui a toujours été différente – en plus d’avoir une mémoire photographique hallucinante, cette dernière entend les pensées de toutes les personnes se trouvant autour d’elle. un jour, un jeune homme l’aborde et lui apprend qu’elle n’est pas humaine – sophie va alors se rendre dans un monde dont elle ne connait rien, et devoir recommencer sa vie.

ce premier tome démarre vite. c’est d’ailleurs ce que je lui reprochais au début. mais – et je tiens vraiment à le dire dès maintenant, ce premier tome de gardiens des cités perdues est avant tout un livre jeunesse. à partir de là, les quelques défauts de ce livre sont pour moi dérisoires. l’intrigue se met rapidement en place, mais d’un côté, cela lui permet d’être incroyablement addictif. j’ai mangé les quelques cinq cent pages en moins d’une journée. les actions s’enchaînent, les mystères s’accumulent – de nombreux secrets sont mis en place, mais ce premier tome est aussi plein de révélations.

j’ai adoré découvrir ce nouveau monde avec sophie. j’aime énormément les romans qui se passent dans des internats – harry potter, night school, et celui-ci ne déroge pas à la règle. j’ai particulièrement apprécié les différents cours dispensés dans l’école de foxfire. c’est brillant. l’univers est magique – et c’est là que l’aspect jeunesse du roman devient totalement dérisoire. je suis tombée dans ce roman sans me soucier du jeune âge des personnages. c’est un de ces livres dans lesquels vous vous enfuyez. un de ces livres-refuges. dès les premières pages, j’avais l’impression de rentrer à la maison. foxfire est devenu mon refuge.

bien que ce premier soit conséquemment introductif, je n’ai pas noté de longueurs. la plume de shannon messenger – du moins sa traduction – est évidemment fluide et simple, mais agréable. ce n’est pas un livre qui s’appuie sur l’écriture – c’est un livre qu’on lit pour son univers et ses personnages, à qui on s’attache très rapidement. le côté jeunesse du roman transparaît à travers ces personnages très manichéens. ils ne sont pas contrastés, ils semblent ne représenter qu’une seule qualité – ou un seul défaut. j’ai l’impression que l’auteure n’a tracé que les contours des personnages mais cela me paraît évident qu’ils gagneront en profondeur et en maturité au cours de la série. j’ai déjà eu un gros crush sur keefe – il est trop mignon ! même s’ils sont simplistes, les personnages sont attachants et contribuent au feel-good vibes de la série !

en bref

gardiens des cités perdues est un des meilleurs livres jeunesse que j’ai lus. il est extrêmement bien réussi et peu de reproches peuvent lui être adressés. shannon messenger a réussi à reprendre les éléments structurants des classiques du genre en les complétant et en les complexifiant.

– merci océ / @thesorceresslovesreading

citations

“la magie, c’est un concept stupide inventé par les humains pour essayer d’expliquer des phénomènes qu’ils ne comprennent pas.”

“elle ferma les yeux. voilà ce dont elle avait besoin. ne plus rien ressentir. ne plus se soucier de rien. elle ne s’attacherait plus jamais à personne.”

“elle sentit sa gorge se nouer quand les mots s’envolèrent, comme s’ils emportaient un peu d’elle au passage.”

musiques lors de ma lecture

yellow submarine – the beatles

miracles (back in time) – the dø

somewhere i belong – linkin park

5/5

Publicités

4 commentaires sur « chronique – gardiens des cités perdues ; shannon messenger »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s