pourquoi j’aime amélie nothomb

bébé

j’ai découvert amélie nothomb le jour de mes treize ans. le jour de mes quatorze ans, j’avais lu l’entièreté de sa bibliographie. amélie nothomb est depuis ce jour la personne que je préfère ici. ça a été un coup de foudre. beaucoup de gens me demandent pourquoi j’aime tant amélie nothomb. il n’y a pas de bonne raison d’aimer quelqu’un. mais je vais essayer d’expliquer pourquoi j’aime ses livres. pourquoi j’aime son écriture. car j’aime – j’aime tellement – amélie nothomb.  l’article va être un peu décousu, assez imparfait – mais les écrits d’amélie nothomb sont tellement complexes qu’il est impossible d’expliquer concrètement pourquoi je l’aime tant.

ma découverte de nothomb

la première fois que j’ai vu amélie nothomb, c’était au salon du livre de paris. je n’avais lu aucun de ses livres, j’avais 12 ans et j’étais plus branchée meg cabot qu’amélie nothomb (quoique j’avais déjà lu la bibliographie complète de murielle barbery mais passons). je me baladais donc dans le salon à la recherche de célébrités, quand j’ai vu une foule absolument énorme autour d’un grand chapeau qui volait en l’air. le chapeau, c’était amélie. amélie nothomb, la dame au chapeau. je l’ai regardée de loin avec une certaine fascination – ce genre de fascination enfantine, qui vous décroche la mâchoire et qui agrandit vos pupilles. cette fascination pour amélie n’est jamais partie, d’ailleurs. mais la voir, même si je ne la connaissais pas, ça en jetait. elle est de ces personnes qui s’imposent par leur simple présence. ces personnes qui détonnent par leur excentricité, qui se distinguent par leur stature. un an plus tard, j’entrais dans une librairie, et achetai « ni d’ève ni d’adam ». je n’ai pas choisi ce livre particulièrement pour nothomb, mais pour son sujet ; le japon. je suis passionnée depuis toujours par le japon, j’avais commencé à apprendre le japonais à cette époque, et je voulais découvrir cette culture. « ni d’ève ni d’adam » étant une autobiographie de nothomb très relative au japon, c’est celui que j’ai choisi. je garde peu de souvenirs de mes lectures d’il y a quelques années. mais je me souviens parfaitement du moment où j’ai lu ce livre (après un devoir de physique) et dans quel état j’étais (en train de battre des cils pour ne pas pleurer devant l’entièreté de ma classe). ce livre a signé le début de l’amour julietto-nothomb. il y avait quelque chose dans l’écriture, dans ce personnage d’amélie qui avait provoqué un déclic. je ne saurai l’expliquer ; je me sentais totalement en accord avec ce livre, avec les mots, et, encore aujourd’hui, je me souviens de passages entiers du roman. c’est comme s’il avait fait nuit toute ma vie et que le jour se levait enfin –  j’avais l’impression de m’être réveillée avec nothomb. je ne sais pas si amélie nothomb a impacté ma vie. je pense sincèrement que oui. je pense que cette fascination, cette adoration – allons même jusqu’à divination – a engendré des changements et je pense qu’elle a influencé mon écriture et mes lectures.

amélie nothomb

lorsque je parle de nothomb avec quelqu’un, il y a deux réactions possibles. soit « elle est merveilleuse », soit « elle n’est pas nette ».  je me garderai bien de commenter cette dernière remarque. mais je pense qu’il y a en effet des facettes de nothomb qui peuvent perturber voire effrayer (l’inconnu fait peur). parce qu’amélie nothomb n’est pas banale. amélie nothomb est fabuleusement excentrique – assez excentrique pour être définie comme « folle » par certains. ce qui est certain, c’est qu’amélie est très différente du reste du monde. elle a d’abord ce lien si particulier avec ses lecteurs. un lien très tangible – elle répond à tous ses courriers de lecteurs, et est face à une foule faramineuse lors de ses dédicaces (je m’inclus dedans). je ne saurai décrire cette spécificité. amélie nothomb vous fait sentir unique, et tellement différent. différent des autres. ses rencontres sont toujours pleines de sentiments. je ne suis jamais sortie d’une de ses dédicaces sans pleurer. lorsque je suis seule à des salons littéraires, la chose que je préfère faire est de regarder ses dédicaces. c’est fascinant (c’est sûrement du voyeurisme). elle entretient un lien si puissant avec ses lecteurs.

les romans d’amélie nothomb ont tous cette puissance. amélie nothomb, c’est l’absolutisme. son stylo pousse chaque mot à son paroxysme. je pense que ses livres sont d’inspiration romantique. il y a toujours ces personnages très spéciaux, très en marge, qui ont ce vague à l’âme – ce mal du siècle. le romantisme est un de mes courants préférés. j’aime sa puissance. j’aime le fait que les sentiments soient poussés à leurs extrêmes. les sentiments humains ne sont jamais aussi puissants. lire un livre d’amélie nothomb, c’est ressentir le monde en trois dimensions. c’est être lecteur spectateur et acteur. amélie nothomb peint le monde. elle nous donne cet espoir, cette puissance. elle embrase nos sentiments réduits en cendres. j’aime nothomb car elle me permet de ressentir des amours incommensurables. des sentiments qui consument. de ceux qui ne s’effacent jamais. j’aime l’idée qu’il existe des sentiments aussi puissants, aussi déchirants, aussi brisants quelque part.

les personnages sont les fondations des romans d’amélie. tout – absolument tout – est calculé chez ses personnages. ils sont excentriques, ils embrasent. j’aime ses personnages car ils sont romanesques. c’est assez paradoxal – je les aime pour leurs caractéristiques humaines ; proches des nôtres, mais je les aime davantage pour leurs raisonnements ambigus, leurs comportements anormaux et la contradiction de leurs sentiments. aucun personnage n’est normal. loin des caractéristiques manichéennes, ils sont contrastés. ils aiment et haïssent. ils sont nuancés. ils sont complexes et furieusement travaillés. les romans d’amélie nothomb sont courts – et pourtant tellement complets. même les meurtriers ou les personnages sadiques sont humanisés – leurs pensées, leurs actions sont d’une complexité effrayante. donner vie à des personnages aussi tangibles, réels et complexes entre deux pages est devenue l’art d’amélie nothomb.

cet article est assez décousu – je veux parler de toutes les raisons pour lesquelles j’aime amélie nothomb. mais cela ne peut pas réellement être exprimé dans un article tel que celui-ci. pourquoi aimez-vous ? il n’y a pas réellement de raison. je sais juste, que dès les premières lignes de ni d’ève ni d’adam, j’ai aimé amélie. je l’ai presque déifiée. je l’admire, l’aime et la respecte profondément. ma seule ambition est de devenir aussi absolue qu’elle. elle m’a tellement transmis à travers ses livres. je ne me suis jamais aussi sentie moi-même qu’entre les pages de ses livres. je lis et relis ses livres sans jamais me lasser de ses histoires – j’attrape quelques détails à la volée. j’aime la question d’absolu dans l’ouvrage de nothomb. j’aime son paroxysme. j’aime le fait qu’il existe ici des livres qui permettent de ressentir, lorsque la réalité est trop fade. pourquoi lit-on ? parce que c’est nécessaire. pour ressentir, pour vivre. je vis par procuration. je ressens par procuration. les mots d’amélie tracent les contours de mes pensées. ils se rapprochent le plus de ce que j’aimerai écrire, de ce que j’aimerai lire. j’ai toujours cette impression un peu enfantine qu’elle a écrit le livre pour moi. lorsque je commence un de ses livres, ça me fait mal d’en sortir.

je finirai par citer quelques titres de romans d’amélie. je reçois au moins cinq messages par semaine me demandant quels livres d’amélie nothomb faut-il lire comme premières lectures. je réponds toujours par les mêmes titres ; barbe bleue, mercure, frappe-toi le cœur, et le crime du comte neville. ce sont ceux qui pour moi retranscrivent le mieux et le plus simplement l’écriture d’amélie nothomb. ils ont ce léger décalage, cette particularité typique. ils sont en marge de la littérature. mais ce n’est pas trop abrupt pour commencer. ils permettent de cerner son écriture – sans toutefois la cerner totalement. l’écriture d’amélie nothomb est impossible à cerner. impossible à maîtriser totalement. comme beaucoup d’autres chef-d’œuvres.

les livres d’amélie nothomb sont des œuvres d’art.

Publicités

10 commentaires sur « pourquoi j’aime amélie nothomb »

  1. wow mais quel article merde
    pour parler de nothomb, ses livres et moi ça pas ou ça casse. j’ai lu barbe bleue, j’ai vraiment pas aimé, j’ai lu acide sulfurique, j’ai kiffé, j’ai lu frappe-toi le coeur, et j’ai plus qu’adoré.
    je comprends à mille pour cent ton amour pour elle.
    je l’aime et je t’aime.

    Aimé par 1 personne

    1. arrête je vais lâcher ma larme ohh, je t’aime ! et c’est variable, il y en a que j’aime plus que d’autres évidemment, mais concrètement je les aime tous ! mais je comprends totalement qu’on puisse ne pas aimer certains (barbe bleue est mon fav ohh) mais acide sulfurique est incroyable comme pas possible aussi oH j’aime trop nothomb

      Aimé par 1 personne

  2. Quelle chronique, juste impressionnante! Ça me donne envie de me ruer sur son dernier roman qui traine dans ma pal. J’ai déjà lu plusieurs de ses bouquins (tous adoré!), mais mon préféré, celui que j’aime d’amour, reste « Acide Sulfurique »! 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. MERCI ! ça me fait extrêmement plaisir ! ohh si tu parles de « frappe-toi le cœur » il est fabuleux donc tu dois le lire, c’est un de mes préférés ! et « acide sulfurique » est tellement incroyable aussi, tellement recherché et travaillé, juste dingue !

      Aimé par 1 personne

      1. J’ai lu « Frappe-toi le cœur » et j’ai adoré! En fait, je voulais dire le dernier roman de Nothomb qui est encore dans ma pal aha; « Métaphysique des tubes »! Et totalement d’accord avec toi concernant « acide sulfurique », ce bouquin est somptueux!

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s