THE AIR HE BREATHES – De l’espoir griffant le silex de la mort

the air he breathes.jpg

Auteur: Brittainy C.Cherry

Éditeurs: Hugo Roman

Collection: New Romance

Date de parution: 7/7/2016

Pages: 423 pages

Prix: 17€

Lire la suite de « THE AIR HE BREATHES – De l’espoir griffant le silex de la mort »

Publicités

[Chronique] Le Pacte

le pacte.jpg

Auteur: Karina Halle

Éditeurs: Hugo Roman

Collection: New Romance

Date de parution: 7 avril 2016

Pages: 354 pages

Prix: 17,00€

Résumé

Linden McGregor est grand, sexy et pilote d’hélicoptère, il a un accent écossais qui donne un charme fou… Stéphanie est belle, drôle, ambitieuse, elle considère que Linden est son meilleur ami. Un soir, dans le bar de leur copain James, ils font un pacte: si aucun des deux n’est engagé dans une relation sérieuse à trente ans, ils se marieront.

  • Je remercie vraiment les éditions Hugo Roman pour l’envoi de ce livre qui me faisait vraiment envie!

Mon avis

J’ai lu peu de romans de la collection « New Romance » de chez Hugo Roman, mais je pense sincèrement en lire davantage pendant l’été! Ce roman m’a beaucoup plu et il m’a rendue totalement accro! C’est un roman parfait à lire sur la plage cet été (bon, je dis ça mais actuellement il pleut chez moi…).

L’histoire commence lorsque Stéphanie et son meilleur ami Linden font un pacte; si à trente ans, aucun des deux n’est engagé dans une relation sérieuse, ils se marieront. Ils ont vingt-cinq ans, et ils ne se doutent pas que le pacte va bouleverser leurs vies respectives. Ils vont vite s’apercevoir que l’amour est plus complexe que l’amitié…

J’ai tout d’abord adoré la rapidité avec laquelle l’intrigue se met en place. Dès le prologue, l’histoire est posée, et on souhaite irrémédiablement connaître la fin. L’auteure va vite et pourtant on n’est jamais perdu. Au début, un chapitre correspond à un an et j’ai vraiment aimé; ça permet de voir une courte évolution des personnages au fil des ans, même si, bien sûr, la majorité de l’histoire se déroule durant les trente ans de nos personnages. L’auteur ne s’attarde pas sur des détails et on ne s’ennuie jamais. J’ai été embarquée aux côtés de Stéphanie et Linden avec une telle facilité que c’en est déconcertant.

Pour une fois, la romance ne s’installe pas immédiatement. Certes, on comprend rapidement que les deux protagonistes sont attirés l’un par l’autre depuis leur rencontre et le fait qu’ils s’avouent cela des années plus tard est moyennement crédible. MAIS (un grand mais) ce n’est que de l’attirance. On le sent, lorsqu’on les voit parler l’un de l’autre, ce n’est que purement physique. Les sentiments s’installent progressivement et on ne voit pas cela dans toutes les romances. On distingue bien la différence entre être attiré par quelqu’un, et aimer cette personne.

J’ai bien aimé le personnage de Stéphanie. Ce n’est absolument pas un personnage niaiseux; elle n’incarne pas le cliché de la jeune fille prude qui s’éprend du bad boy (After, quand tu nous tiens…). J’ai aussi adoré Linden, cet écossais au charme fou. Un autre point qui m’a plu est l’alternance des points de vue. Vous le savez peut être, j’adore les récits à double voix, ça permet de s’immerger dans la peau de chaque personnage. Et dans ce roman, ça apportait vraiment quelque chose. Steph et Linden gèrent leur relation « interdite » à leur manière et c’est intéressant de comprendre les décisions de chacun.

L’écriture de Karina Halle est simple, agréable et très fluide, même si j’ai été plutôt déconcertée par sa plume qui change radicalement par moments. Elle passe d’un vocabulaire assez cru lors d’une scène érotique à un vocabulaire dégoulinant de niaiserie lors d’une rupture. En tout cas, je n’ai pas éprouvé les émotions escomptées lors des moments sensés être tragiques; je préférais lorsque l’auteure décrivait la joie de ses personnages.

En bref

Le Pacte a été une lecture très agréable et très fluide, qui a su me captiver. Steph et Linden sont des personnages qui m’ont beaucoup plu et que j’ai adoré suivre. J’espère pouvoir lire la suite, qui a l’air tout aussi addictive!

Une romance new-adult qui vous captivera

♪Chanson pendant ma lecture: Roots – Imagine Dragons

Sa respiration est devenue sifflante, c’est un peu comme si je pouvais voir un monde qui s’écroule dans son regard. Mais je n’en ai rien à faire. Je dois faire avec mes propres ruines, dorénavant.

Ma note

★★★★☆

[Chronique] Le vide de nos cœurs

Auteur: Jasmine Wargale vide de nos coeurs

Éditeurs: Hugo Roman

Collection: New Way

Date de parution: 14 mai 2015

Pages: 312 pages

Prix: 17€

ISBN: 978-2755618532

 

Résumé

 Aysel a pris sa décision: elle doit disparaître. Cependant, elle n’est pas sûre d’avoir le courage d’y arriver seule. C’est alors qu’elle découvre Smooth Passages, un site qui lui permettra de trouver un compagnon pour oser sauter le pas. Elle choisit FrozenRobot, alias Roman. Aysel et Roman n’ont rien en commun, mais ils commencent à s’apprivoiser petit à petit. Lorsque la date fatidique approche, Aysel se pose des questions.

  • J’ai lu ce roman en lecture commune avec la gentille Nora (Les lectures de Nora), que je remercie. Sa chronique disponible ici.

Mon avis

« TU ES COMME UN CIEL GRIS: BELLE SANS LE VOULOIR »

 Avant même de commencer, j’étais persuadée que j’allais aimer ce roman. Il faut dire qu’il avait tout pour me plaire; des personnages torturés, une romance sur fond tragique comme je les aime et une magnifique couverture.  J’ai été très légèrement déçue compte tenu du fait que j’avais placé la barre très haut. J’attendais quelque chose comme Tous nos jours parfaits, ou Eleanor & Park, et malheureusement, atteindre ce niveau est très difficilement possible de mon point de vue. Malgré tout, ne vous méprenez pas, j’ai vraiment adoré ce roman. C’est une bonne leçon de vie.

Côté résumé, on suit Aysel, une adolescente qui est dépressive depuis que son père à tué un adolescent dans sa petite ville. Elle a donc décidé de se suicider. N’ayant pas le courage de le faire seule, elle décide d’aller sur Smooth Passage, un site internet destiné à trouver des « partenaires de suicide » (plus glauque tu meurs). C’est donc sur ce site qu’elle rencontre Roman, un jeune homme aussi torturé qu’elle. C’est décidé: ils se suicideront tous les deux le 7 avril. Mais petit à petit, les fissures commencent à se ressouder… Et si l’amour pouvait les sauver?

Je vous l’accorde, côté joyeux, on a vu mieux. Cependant, j’ai trouvé que ce sujet était très bien développé et exploité par l’auteure. Ce n’est pas glauque du tout. L’auteure ne connote pas son sujet de façon morbide; on ne sent pas mal à l’aise. L’héroïne n’a pas de scalpel plein de sang à la main; son mal-être est psychologique et ça se ressent. L’auteure a réussit à nous transmettre le mal-être de son personnage le temps d’une lecture, et a dépeint avec brio sa dépression. Et rien que pour cela, ce roman mérite d’être lu: pour voir les pensées d’une jeune fille accablée et déprimée d’une manière nouvelle, pas pleine d’espoir mais pleine de justesse.

Aysel est une adolescente torturée mais ses pensées sont ô combien émouvantes et justes. Elle décrit son sentiment de vide et de fragilité d’une manière que je n’avais jusqu’alors jamais pu lire. Elle apprend à se reconstruire grâce à Roman (et avec lui l’amour), et son évolution nous donne un élan d’espoir. On est heureux de la voir reprendre confiance en la vie. Bon, pour vous faire votre idée sur le personnage, voici son analyse sur un poème de John Berryman: « Il était déprimé, putain! Voilà. C’est tout. Il sait qu’en ce qui le concerne, la vie ne va pas s’arranger. Ce sera toujours le même merdier insipide et déprimant. Ennui, tristesse, ennui, tristesse, etc. Il veut juste en finir, point final. »

Le sujet principal du roman, après la dépression et le suicide, est l’histoire d’amour. Une romance absolument pas niaise et mielleuse. Plutôt ténébreuse et tragique. Ces deux personnages se comprennent, car ils ressentent le même vide en eux. On aime quelqu’un parce qu’on le comprend et qu’on le complète; voilà le message. Cette similitude amène donc la romance; une romance très intelligente et pertinente. Par contre le gros point négatif du roman (et c’est ça qui m’a en partie déçue) est la non-alternance de points de vue. C’est bien sûr très personnel, mais j’aurais aimé connaître les pensées de Roman, et la raison de certains de ses actes. Malgré cela, le point de vue d’Aysel était très plaisant à suivre, et elle arrive à nous faire ressentir un torrent d’émotions.

En bref

Un roman implacable mais beau; une bonne claque pleine d’espoir que j’ai adoré, mais (pour une raison que je ne serais expliquer) pas un coup de cœur. Une magnifique leçon de vie, avec deux protagonistes brisés mais terriblement touchants. Je le recommande à tous ceux qui veulent une lecture choc.

UNE LECTURE POIGNANTE

♪Chanson pendant ma lecture: Perfect Day – Lou Reed

Playlist complète ici ]

Peut-être que tout est relatif, pas seulement le temps et la lumière comme l’a élaboré Einstein dans ses théories, mais l’ensemble de la vie. L’existence nous semble parfois horrible et sans issue jusqu’au jour ou un infime changement s’opère dans notre univers et modifie notre point de vue, et alors, subitement tout paraît plus supportable.

Ma note

★★★★☆